Pour tous renseignements : 06 51 83 51 75 - 5 Rue Fessart 92100 Boulogne Billancourt

Le neurofeedback dynamique

Historique :


neurofeedback dynamique« Val et Sue Brown, psychologues cliniciens, d'origine canadienne, utilisaient dans leur travail des systèmes de neurofeedback existants. Constatant certains défauts qu'ils désiraient éviter, ils conçurent leurs propres protocoles. [...] Devant les risques d'erreurs possibles, soit lors du diagnostic, soit lors du protocole, ils pensèrent à une toute autre manière de prendre en compte les caractéristiques de l'activité électrique du cerveau. Ils proposèrent leurs idées à des fabricants de systèmes de neurofeedback qui ne furent pas intéressés. Ils décidèrent alors de créer leur propre société, Zengar Institute Inc., au Canada, en 1996, pour développer leur propre système. La première version apparut en 1999.
La différence fondamentale par rapport aux méthodes de neurofeedback précédentes, dites classiques, a été d'abandonner la mesure de l'état moyen du cerveau pour s'intéresser uniquement aux variations de cet état. C'est pour cela que NeurOptimal peut être qualifiée de méthode dynamique, « dynamique » s'opposant à « statique », qui veut dire constant. Une méthode dynamique suit pas à pas le fonctionnement des êtres vivants. L'activité électrique oscille en permanence, de jour comme de nuit, et à des fréquences différentes. Lorsqu'elle ne varie plus, c'est le critère de la mort cérébrale.


NeurOptimal entraîne le cerveau à être plus flexible et plus résilient (capacité à positiver et à s'adapter devant les épreuves de la vie). Sans pousser le cerveau dans un sens particulier, sans rien lui imposer, le système de neurofeedback NeurOptimal interagit avec le système nerveux central de la personne de façon à améliorer la plasticité neuronale. Un cerveau plus flexible s'adapte et répond plus rapidement et de façon plus appropriée aux changements de l'environnement. Plus le cerveau de la personne s'ajuste facilement aux changements rencontrés durant une journée normalement bien remplie, plus la personne a une sensation de bien-être. En revanche, un cerveau qui manque de flexibilité peut aboutir à ce que la personne se sente épuisée et stressée à la fin de la journée.


NeurOptimal peut aussi aider à ce que le cerveau soit de plus en plus résilient, ou que le système nerveux central devienne de plus en plus capable de « rebondir » après un événement négatif. Des sentiments négatifs associés à un conflit personnel ou à une mauvaise journée au travail peuvent continuer à faire effet pendant des heures alors que l'événement négatif est passé. La nervosité ou des pensées auto-critiques répétitives ont un effet destructeur, encore plus marqué dans le cas d'événements graves tels que des traumatismes physiques ou émotionnels ou la perte d'un être cher. A lieu de rester coincé dans le caractère négatif de ces évènements, un cerveau résilient retournera à son fonctionnement normal plus rapidement. Les personnes dont le cerveau est plus résilient disent se sentir plus heureuses et profiter d'un profond sentiment de paix.


« Faire des séances avec cette méthode, c'est avant tout ne rien faire. C'est laisser en toute confiance la machine et son programme analyser l'activité électrique du cerveau. C'est laisser en toute confiance le cerveau se réorganiser, se réguler, se réparer sans action volontaire, sans contrôle conscient. »
Val Brown.